L’adblocker, votre capote numérique pour le web

Votre adblocker sur le web, c’est comme une capote pendant un rapport sexuel. Et mieux vaut se méfier quand un inconnu vous demande de l’enlever.

Une tendance actuelle des sites web, souvent des médias en mal de business-model, est de vous criminaliser et vous demander de désactiver votre adblocker.

Cela va de l’incitation (snif snif on va mourir de faim si tu désactives pas ton adblocker) à la pénalisation (non tu n’entreras pas si tu ne désactives pas ton adblocker).

En gros et pour être clair, on vous demande de désactiver votre adblocker pour :

  1. vous afficher de la publicité non-sollicitée
  2. vous identifier
  3. vous traquer
  4. retirer de vos actions des données personnelles avec lesquelles faire de l’argent

Le premier cas est particulièrement amusant quand, outrepassant l’avertissement, on visite quand même le site avec l’adblocker activé et qu’on regarde la (en général longue) liste des mouchards présents.

Le second cas est plus net. Pas d’adbocker, pas d’accès. Ça peut paraître plus franc au premier abord, mais au final c’est encore plus pervers. Étudions les deux cas.

Premier cas : la supplique

Arrêtons nous un instant au premier cas, assez fréquent pour l’instant, où le site vous ouvre un énorme popup pour tenter de vous attendrir et vous faire… désactiver votre adblocker. Réfléchissons-y deux secondes.

Quand vous rencontrez quelqu’un sur un site ou une appli de rencontre, les buts du rendez-vous peuvent être explicites. On sait ce qu’on vient chercher, les deux partis sont au courant. Ça n’empêche pas des personnes de tenter de commencer le rapport sexuel, puis de tenter un  « ouais j’aime pas trop la capote, je peux l’enlever ? ».

Si le partenaire est un tant soit peu intelligent et a entendu parler des maladies sexuellement transmissibles, une grosse alarme va immédiatement résonner dans sa tête et le « non » va être ferme et immédiat.

On est dans le premier cas de l’adblocker, où les créateurs du sites web tentent de vous émouvoir pour se faire de l’argent sur votre dos et récupérer vos données personnelles, qu’en général d’autres qu’eux vont exploiter. Ce qui est encore pire en fait car ni vous ni lui ne sachez exactement ce que deviennent vos données.

La réponse doit être aussi ferme : non. On se connaît pas, mon adblocker m’affiche des dizaines de mouchards, je n’ai aucune idée des conséquences si je désactive mon adblocker en visitant ce site, donc je ne le fais pas.

Second cas : l’interdiction

L’interdiction d’accès paraît un modèle davantage franc. Service contre service, tu veux accéder au site, tu désactives ton adblocker. Simple et direct. Mais en fait, c’est encore pire que le premier.

Portail anti-adblocker du Business Insider version US

Pour reprendre l’analogie de la rencontre orientée sexe, on peut comparer ça au partenaire qui dit : ah non, moi je le fais pas avec une capote ! Qu’est-ce que ça cache ? Peut-être rien en effet, la personne n’aime peut-être pas le contact du caoutchouc. Mais peut-être aussi qu’il a aussi une maladie sexuellement transmissible ! Donc le risque n’est pas acceptable.

Et dans le cas de ces sites bourrés de mouchards, on SAIT qu’ils ont non pas une mais plusieurs MST ! Qu’ils vont vous afficher des publicités dont le contenu leur échappe totalement car ils délèguent cette partie à une régie publicitaire.

44 actions de Ublock Origin sur le site du Figaro, ça commence à faire beaucoup

J’ai pour ma part déjà été plusieurs fois choqué du contenu de certaines publicités affichées sur des sites institutionnels. Et en remontant le problème au responsable du site, il s’est bien sûr déchargé de sa responsabilité sur la régie publicitaire. La bonne blague.

Donc pour résumer, on te demande d’enlever ta capote, pardon, ton adblocker pour jouir du contenu qu’on échange contre tes données personnelles et du tracage qui va s’en suivre et en particulier son utilisation dans le cadre du reciblage publicitaire.

Qu’est-ce que le reciblage publicataire (ou retargeting en anglais) ? Deux exemples caricaturaux pour comprendre :

  • l’utilisateur vient de lire un article à propos d’un cambriolage sur le Figaro en ligne, il doit être de droite et flippé, présentons-lui des publicités pour des portes blindées sur le prochain site où il se connecte
  • autre exemple, un utilisateur vient de lire un article sur les nouvelles pratiques sexuelles sur Libé, ça doit être un pervers, présentons-lui une pub pour un abonnement à [service en ligne pour tromper sa femme] sur le prochain site où il ira.

Le reciblage et le traçage en général indiquent qu’une société à but lucratif amasse des données sur vous en secret qui vont constituer un « double » numérique de vous basé sur toutes vos informations amassées. Ce profil entraînera des actions, comme de la présentation de publicité – mais on peut imaginer bien d’autres applications commerciales – qui seront prises à votre égard sur la base de ce double numérique dont la véracité et la cohérence reposent sur des algorithmes qui nous échappent totalement.

Pour revenir à notre sujet et dans le second cas, donc, les propriétaires du site savent que leur site est rempli de mouchards et d’outils de monétisation de contenu de la vie privée des utilisateurs. Et nous sommes censés y aller sans protection ? Horrible. Et bien sûr, dans ce cas de monétisation, plus le trafic est grand, plus les gains sont importants. D’où une course au buzz et donc à la massification du trafic avec les effets que l’on peut imaginer sur le contenu.

La troisième voie

Après avoir étudié les deux points précédents, la question qui arrive immédiatement est : quelle est la troisième voie ?

On observe depuis quelques années un retour-arrière vers un modèle payant de la plupart des sites d’informations. Oui, contrairement à ce qu’on a cru lors de la massification de l’accès aux sites d’informations en ligne, produire de l’information et un contenu de qualité coûtent cher et vous payez quelque soit la manière à laquelle vous accédez à l’information.

Actuellement, c’est avec vos données personnelles, le reciblage publicitaire, l’affichage de publicité, également par le placement de produits qui pose d’énormes problèmes de conflits d’intérêt, et enfin par les abonnements payants qui se développent. Et c’est normal, il faut bien que les journalistes mangent.

La troisième voie qui se développe et qui semble la plus pérenne est celle de l’abonnement payant. Ce modèle passe donc par réduire le nombre de « visionneurs » potentiels du contenu proposé, certes, mais permettrait d’obtenir un revenu récurrent stable et qui permettrait d’améliorer et de fiabiliser la qualité de l’information produite.

Mediapart, accessible uniquement sur abonnement

Par contre, on peut observer au niveau technique que le traçage ne disparaît pas lorsque l’on est abonné, l’affichage de publicité non plus (si vous connaissez des exemples, laissez-moi un commentaire, je ne peux pas être abonné à tous les médias). Dans ce cas de figure et sans un adblocker, on paierait en quelque sorte double en tant qu’abonné, ce qui est évidemment choquant.

Imaginez-vous cette scène chez votre boulanger ? La double peine !

Il reste donc aux sites d’information à comprendre cet enjeu majeur et à adapter leurs infrastructures pour apprendre à choyer davantage leurs abonnés et à fermer davantage la porte au tout venant qui, de toute façon, sera de plus en plus équipé d’adblockers, le surf étant devenu insupportable sur certains sites (vidéos avec le son démarrant, pub situé aux pires endroits sur le chemin de lecture,…). On en vient parfois à se demander si les gens qui réalisent ces pages lisent leur propre site. Le doute est souvent permis.

Payer l’accès à l’information est pour moi indispensable à fournir aux médias l’argent nécessaire pour bien travailler. L’accès gratuit de masse aux grands sites de presse a été un échec qu’il est indispensable de constater. Au siècle dernier, on payait systématiquement pour acheter le journal ou on s’abonnait. Si par contre le modèle d’abonnement redevient la norme ou continue de grandir, ce qu’on peut supposer vu le virage à 180° pris par la plupart des grands médias devant la perte colossale de revenus qu’ils ont subi ces dernières annés, ils devront néanmoins jouer le jeu et changer radicalement leur comportement vis-à-vis de leurs abonnés, désormais protégés derrière des adblockers qu’il n’est pas question de désactiver, vu les dangers encourus pour les libertés individuelles et la vie privée que leurs prestataires de monétisation font courir aux utilisateurs.

L’auteur

Carl Chenet est le fondateur du Courrier du hacker, la newsletter hebdomadaire résumant l’actualité francophone du Logiciel Libre et Open Source, avec aujourd’hui 56 numéros publiés et plus de 2000 abonnés.

Me suivre sur les réseaux sociaux

N’hésitez pas à me suivre directement sur les différents sociaux pour suivre au jour le jour mes différentes projets dans le Logiciel Libre :

9 thoughts on “L’adblocker, votre capote numérique pour le web

  1. Un autre exemple de 3ème (2,5 ème ?) voie que je trouve intéressant : demander à regarder une pub vidéo si on veut lire la suite de l’article (ex : science & avenir). Cela me dérange peu puisqu’avec uBlock + Disconnect + Cookie Autodelete, j’aurai tendance à croire qu’ils ne me traceront que temporairement, le temps de la lecture de l’article, et de manière décorrélée de tout autre accès à tout autre site. Mais peut-être me trompe-je ?

  2. La caricature avec le boulanger n’est pas si caricaturale que ça… Combien de magasins (genre électroménager, informatique…) demandent les noms, prénoms, adresse… pour rédiger les factures et garanties…

    • Il me semble que la loi l’exige lors de l’édition d’une facture. Puis il faut quand même laisser un minimum pour par exemple une livraison, ou un retour garantie. Il ne faut pas tomber dans l’extrême non plus tant qu’à y être au moment de payé « non je vous donnerai pas ma carte de paiement pour protéger mes données personnelles »

  3. Bonjour,
    il y a un autre cas bien précis que je trouve vraiment scandaleux dans le genre : c’est le site d’EDF. Pour pouvoir payer sa facture d’électricité, il faut déjà pouvoir se connecter. Là, quand on arrive sur le site, la liste de scripts bloqués par NoScript est impressionnante. Ça s’est quand même amélioré récemment. Maintenant quand on clique pour s’identifier on est renvoyé vers une page sans merdes. Il y a encore peu c’était vraiment la galère pour trouver le ou les scripts (j’ai jamais réussi, je finissais par faire une autorisation temporaire globale) à autoriser pour pourvoir se loguer…
    Ceci étant dit, une fois connecté, c’est la fête du slip (et ça s’est encore vrai). Plus de 15 scripts bloqués et comme c’est souvent récursif, en autoriser certains en faisant apparaître d’autres, je ne peux pas dire exactement combien il y en a au total.
    Tout ça pour payer sa facture, un truc privé qui ne devrait regarder qu’EDF et ses clients. Pour un service public je trouve ça dingue.
    Pour finir, à la fin, on nous explique aussi que ça ne marche pas avec Firefox, même si c’est faux mais qu’il faut se prostituer et dire amène à tout pour faire son virement.

    En tout cas merci pour l’article, ça fait du bien de voir des gens réagir à ce quotidien qui ne semble pas déranger grand monde !

  4. Ahhhh, quelqu’un qui a egalement constate que le site EDF est une vraie passoir a scripts ! Je suis entierement d’accord : c’est tout simplement scandaleux de la part d’une societe « publique » de pomper autant d’infos sur un client qui ne veut qu’accomplir son devoir en tant que client… d’autant plus que cela concerne une transaction financiere. Ma femme, qui ne maitrise pas toutes les subtilites des extensions de Firefox, passe souvent sur un autre navigateur plus « compatible EDF »…
    Mais helas, le monde des GAFAM s’etend chaque jour un peu plus et cela ne semble pas deranger beaucoup de monde (ou alors ces memes gens sont resignes).
    Merci pour cet article qui remet les pendules a l’heure !

  5. Je suis sur le fond et la forme totalement contre les bloqueurs de publicités.
    Je schématise pour faire, donc ça peut être violent, mais ma véritable pensée est plus nuancé, vous vous en doutez bien, donc merci d’éviter de me voler dans les plumes tête baissée.
    1/ C’est un peu comme à l’école, quand deux trois gamins mettent le bazars et que toute la classe se prend une punissions collective.
    Ce n’est pas car deux trois sites se comportent mal que plus aucun site n’a le droit de gagner de l’argent avec de la publicité ou de l’affiliation.
    2/ Si le webmaster a choisi d’utiliser des outils de stats ou de publicité de merde c’est son choix, ce n’est pas à la personne qui vient consommer son contenu de décider ce qu’il peut prendre on non.
    J’aimerais beaucoup quand on parle des bloqueurs de publicité qu’il y ai une réflexion sur la paternité du rendu HTML d’un site internet.
    Aujourd’hui, vous ne pouvez pas acheter un magazine, en demandant à votre buraliste de vous déchirer les pages de publicité.
    Aujourd’hui quand vous ne voulez pas avoir 3 coupures publicitaires dans votre film sur W9, vous ne le regardez pas et préférez le regarder sur Netflix.

    Donc on résume, je trouve qu’utiliser un bloqueur de publicité c’est du vol (on consomme du contenu et on ne rémunère pas le créateur).

    3/ Les plugin de bloqueur de publicité sont une mafia. Une mafia qu’il faut payer. Certain annonceurs payent pour pouvoir être whitelisté. Certain gros éditeurs de site payent pour être whitelisté. Certain bloqueurs de publicité proposent même leur propre réseau publicitaire pour afficher leur publicité en lieu et place des publicités effacées.
    À coté Kim Dotcom et son Megaupload c’était des petits joueurs à cotés.

    Et je vous donne un exemple sortie tout droit des choses que je fait sur internet.
    Avec une amie nous avons lancé un site internet de mode pour enfant financé par de l’affiliation : https://www.lesjolispoussins.fr/ .
    J’ai près de 15x plus de visites logs serveurs (hors robots) qu’outils de stats (Clicky moins touché que GA).
    0 revenu, mal-grès de très nombreux clics sortants (comptage régie).
    Pourtant au niveau éthique on est plus que clean mais les bloqueurs sont sur les navigateurs des visiteurs cible : https://www.lesjolispoussins.fr/cookies/
    Elle s’est lassé au bout de 3 mois en ne regardant que les stats sur GA.

  6. Ben Next-Inpact non seulement ne traque pas ses abonnés, mais ils font une extension Privacy search, anti-pistage et là on s’aperçoit qu’il y a beaucoup de sites qui nous traquent 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *