Instagram, Whatsapp et Facebook pour les gouverner tous

Facebook, Whatsapp et Instagram : quel est le point commun de ces trois entreprises ? Elles n’ent forment en fait qu’une seule. Et vos données personnelles dans tout ça ?

Vous ne le saviez peut-être pas ou n’en aviez pas conscience, mais Whatsapp et Instagram appartiennent bien à Facebook, l’entreprise fondée par Mark Zuckerberg en 2004. Cela a de lourdes conséquences pour votre vie privée si vous utilisez ces services.


Newsletter hebdomadaire résumant l’actualité du Logiciel Libre, de la vie privée et des libertés individuelles, chaque vendredi dans vos e-mails


Les chiffres de 2017 pour Facebook sont monstreux. 15,9 milliards de dollars de bénéfice sur l’année. 98% du chiffre d’affaire provient de la publicité en ligne.

 

Les trois applications Facebook, Instagram et Whatsapp sont très intrusives et collectent agressivement des données sur leurs utilisateurs. Pour Facebook, le business-model est clair depuis un bon moment : la vente de publicité extrêmement ciblée. Les situations de Instagram et Whatsapp sont  beaucoup moins claires. Rapide tour d’horizon.

Instagram

La société Instagram a été acquise par Facebook en 2012 pour la somme d’environ 1 milliard de dollars. Pour rappel, Instagram est une application permettant le partage de photos, de vidéos, mais également d’apprécier et de commenter les contenus des autres utilisateurs. L’application annonce 800 millions d’utilisateurs actifs par mois et 500 millions actifs chaque jour.

Basée  sur le partage d’images et de vidéos, il a été relativement simple d’insérer des publicités et des contenus sponsorisés dans l’interface. Les utilisateurs « historiques » ont pu constater la présence de plus en plus importante de publicité. L’application aurait généré 3,64 millards de dollars en 2017 et devrait générer, selon les prévisions, le double en 2018. Instagram a donc été monétisé assez simplement. De plus son achat est depuis longtemps remboursé.

Ce qui ne l’empêche pas de s’intéresser fortement à vos données personnelles et de les remonter à Facebook. Voici les données collectées par le service comme annoncé dans les conditions d’utilisation du service Instagram :

  • Your username, password and e-mail address when you register for an Instagram account.
  • Profile information that you provide for your user profile (e.g., first and last name, picture, phone number). This information allows us to help you or others be « found » on Instagram.
  • User Content (e.g., photos, comments, and other materials) that you post to the Service.
  • Communications between you and Instagram. For example, we may send you Service-related emails (e.g., account verification, changes/updates to features of the Service, technical and security notices). Note that you may not opt out of Service-related e-mails.

La clé repose évidemment dans une petite phrase discrète et qui se veut rassurante :

We will not rent or sell your information to third parties outside Instagram (or the group of companies of which Instagram is a part) without your consent, except as noted in this Policy.

Donc tout remonte bien chez Facebook, si on en doutait encore. Rien de vraiment étonnant, mais c’est toujours bon à savoir, en particulier pour des personnes peu au courant des problématiques autour de la vie privée sur internet, des adolescents ou de jeunes adultes par exemple.

Un petit lien au passage : la liste des 67 sociétés fusionnées ou rachetées par Facebook, un lien toujours utile à avoir sous la main

Au niveau du traitement des données, un point intéressant à mettre en avant:

Device identifiers:

  • When you use a mobile device like a tablet or phone to access our Service, we may access, collect, monitor, store on your device, and/or remotely store one or more « device identifiers. » Device identifiers are small data files or similar data structures stored on or associated with your mobile device, which uniquely identify your mobile device.

Après le paragraphe traitement des données qui se voulait rassurant en parlant d’anonymisation des données afin de ne pas être identifié, là, c’est un peu raté. Et le groupe des sociétés Facebook va aller un degré plus loin avec Whatsapp.

Whatsapp

La société Whatsapp est acquise en 2014 pour la somme record de 13 milliards de dollars. L’application permet de créer des salons avec un ou plusieurs participants qui échangent des messages écrits ou vocaux, des photos ou des vidéos. Il est également possible de passer des appels téléphoniques.

Whatsapp

L’application est supportée par de très nombreux téléphones, en particulier en dehors des smartphones, ce qui lui a permis de conquérir une très importante base d’utilisateurs. L’année du rachat de Whatsapp, Facebook rend public les premiers résultats de Whatsapp. L’entreprise est très fortement déficitaire avec plus de 232,5 millions de dollars de perte pour un chiffre d’affaire de 15,9 millions au premier trimestre 2014. En 2017, Whatsapp revendique un milliard d’utilisateurs quotidiens. Je n’ai pu trouver aucun chiffre de revenu spécifique à Whatsapp sur la même période.

Certains analystes évaluent la valeur de Whatsapp aujourd’hui à 50 milliards de dollars, compte tenu principalement de la base des utilisateurs et des possibilités de monétisation, en particulier si l’entreprise adoptait une stratégie basée sur l’utilisation de Whatsapp comme moyen de paiement, à la WeChat, une application chinoise.

Rappelons que Whatsapp est toujours exempte de publicité et qu’elle semble s’orienter aujourd’hui vers une stratégie de monétisation par vente de services aux professionnels. Une chose est sûre : Facebook annonce des résultats records dans la même période.

Le logo de Whatsapp Business

 

Mark Zuckerberg avait annoncé lors du rachat de Whatsapp que les données des utilisateurs ne seraient jamais exploitées, ce qui avait fait sourire, connaissant le business-model de Facebook.

Comme pour confirmer ce que beaucoup soupçonnaient, la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) a récemment menacé Facebook de sanctions si l’entreprise américaine ne se conformait pas au droit français concernant en particulier l’obtention du consentement de l’utilisateur pour que son numéro de téléphone soit partagé avec Facebook, une donnée considérée aussi comme cruciale sur le marché de la vente de données personnelles pour évaluer la valeur des informations personnelles échangées. Signalons que l’entreprise a refusé de transmettre un exemple des données en que Whatsapp transmet à Facebook, un signe certain de mauvaise volonté. L’initiative de la CNIL s’inscrit dans un effort commun de plusieurs pays européens. On peut donc supputer l’importante pour Facebook de posséder Whatsapp, qui par croisement d’informations peut encore fiabiliser davantage les informations personnelles en sa possession et donc en augmenter la valeur.

Un parcours rapide des conditions d’utilisation de Whatsapp suffit à comprendre qu’elles ne sont pas respectées, comme la CNIL l’a mis en avant :

Rien de ce que vous partagez sur WhatsApp, vos messages, photos et informations de compte inclus, ne sera partagé dans Facebook ou aucune autre de notre famille d’applications à la vue des autres, et rien de ce que vous publiez sur ces applications ne sera partagé sur WhatsApp à la vue des autres.

MISE À JOUR 21/03/2018 : Comme pour confirmer nos doutes, le co-fondateur  de Whatsapp Brian Acton demande sur Twitter à ses abonnés de supprimer leur compte Facebook.

Pour conclure

Résumons avant de conclure : Facebook est une société qui collecte agressivement les données personnelles de ses utilisateurs, qui a gagné 15,9 milliards de dollars en 2017 dont 98% provient de la publicité en ligne. Instagram est également un aspirateur à données personnelles qui sont remontées à Facebook (et peut-être à d’autres) et place de la publicité au sein de son service. Whatsapp fournit au moins une information personnelle d’importance majeure sur le marché des données personnelles qui est remontée vers Facebook – à savoir le numéro de téléphone de l’abonné – allant à l’encontre de ses propres conditions d’utilisation.

Des faits et comportements qui j’espère vous auront convaincus de rester très loin des sociétés du groupe Facebook ou d’envisager une migration de vos données vers des applications plus accueillantes et respectueuses de la vie privée.

Me suivre sur les réseaux sociaux

N’hésitez pas à me suivre directement sur les différents sociaux pour suivre au jour le jour mes différentes projets dans le Logiciel Libre :

6 thoughts on “Instagram, Whatsapp et Facebook pour les gouverner tous

  1. Merci pour cet article très détaillé !
    ça ne m’étonne pas vraiment , étant assez méfiant de ce genre de service centralisé. Mais c’est toujours bon d’avoir ces infos pour en discuter autour de soi avec des sources comme preuves, comme cet article.

    Merci encore !

    Jo

  2. Bonjour
    Super article 🙂
    J’ai noté une petite erreur de formulation « L’application aurait généré entre 3,64 millards de dollars en 2017 et devrait générer, selon les prévisions, le double en 2018. »

    Le « entre » qui n’a pas de suite 😉

  3. Bonjour,

    Une question qui s’adresserait à tous :
    Le fait de n’être inscrit sur aucun réseau social reconnu comme tel (libre/plus respectueux ou pas) fait-il de soi un être asocial ? Un dépassé ? Un exclu ? Un inadapté ?
    Ou bien nous nous sommes tous convaincus qu’il serait nécessaire d’être inscrit à une telle chose pour être bien inséré dans son époque, le système technicien, afin de rester performant jusqu’à la fin, ou que sais-je encore ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *