Don Quichotte, lutte anti-terrorisme et chiffrement

Un article de Nextinpact intitulé La France veut lancer une initiative internationale contre le chiffrement m’a donné du grain à moudre pour m’exprimer sur la politique actuelle de lutte anti-terroriste du gouvernement français.

En effet, alors que les moyens et techniques déployés jusqu’à maintenant ont été manifestement incapables d’arrêter les attentats terroristes en France (toutes mes pensées aux familles des victimes de l’effroyable attentat de Nice), le gouvernement remet encore une fois sur la table la “question” du chiffrement, en comptant sur le manque de mémoire et/ou l’abrutissement qu’il espère de sa population, c’est-à-dire nous.

Don Quichotte

Interdire le chiffrement va-t-il empêcher les terroristes de l’utiliser ? Non, la technologie existe. Interdire la population d’utiliser un fusil d’assaut n’a pas empêché les terroristes de s’en servir. C’est tellement idiot comme raisonnement qu’on en viendrait à se demander ce que cela cache si le phénomène ne s’était pas déjà produit plusieurs fois. En effet la lutte contre le chiffrement est le marronnier de la lutte anti-terroriste, tous les Libristes le savent bien.

Depuis des années, alors que le chiffrement est extrêmement peu utilisé dans les faits, on nous bassine régulièrement avec des articles critiques sur cette technologie, la mettant régulièrement au centre de l’action terroriste.

Cela évite de s’interroger sur le fait que les terroristes ont utilisé des armes de guerre à Paris ou que le chauffeur de Nice a réussi à pénétrer une zone “surveillée” à Nice le 14 juillet. Des interrogations beaucoup plus légitimes – qui remettent en question l’action des politiques et forces anti-terroristes – que de savoir s’ils utilisent ou non le chiffrement pour communiquer.

Surtout quand on sait que la plupart des acteurs du terrorisme sont censés être identifiés bien en amont, d’après les déclarations quasi-systématique de la Police et des services de renseignement qui , sans aucun doute et d’après les mêmes déclarations, font bien leur travail… ou pas. Mais toutes les mesures jusqu’ici n’empêchent pas les attentats.

Brasser du vent, gâcher les moyens et les efforts

La nouvelle lutte anti-chiffrement entraînerait rien de moins qu’une collaboration Franco-Allemande, parce qu’on est jamais assez quand il s’agit de brasser du vent.

Et médiatiquement, plus c’est gros, plus ça passe. Alors qu’une publication du Ministère de l’Intérieur rappelle dans l’article de NextInpact qu’il existe un lien permanent entre le ministère de l’Intérieur et Facebook, Apple, Microsoft, Facebook et Twitter pour une plus grande “réactivité opérationnelle”, soit une couverture quasi-globale de l’internet grand public, on se demande bien qui est visé par ces mesures sinon des personnes n’ayant aucun lien avec le terrorisme mais utilisant le chiffrement au nom de la défense des libertés individuelles.

Là où la coupe est pleine, c’est quand on constate le gâchis de moyens et d’effort pour créer ce battage médiatique, la mobilisation de personnes et d’actions destinée vraisemblablement à … rien, sinon la vague interdiction d’utilisation du chiffrement, ce qui changerait si peu à la lutte anti-terroriste.

Un gâchis énorme, coupable de détourner les moyens et efforts de l’anti-terrorisme dont les preuves des actions concrètes et efficaces se font attendre, où la population en France est la première touchée, ce qui semble très peu émouvoir nos dirigeants qui se déplacent en voiture avec chauffeur et au minimum deux motos pour leur ouvrir la voie sur le périphérique aux heures de pointe, une constatation habituelle pour n’importe quel Parisien.

C’est sûr que ça n’est sûrement pas nos dirigeants qui vont sauter à cause d’une bombe dans le métro… vu qu’ils n’y sont jamais.

L’effroyable impudeur

Rappelons-le, la France est en guerre, officiellement contre l’état islamiste, depuis septembre 2014. Alors que des moyens opérationnels importants ont été déployés hors de nos frontières, nous sommes aujourd’hui touchés de multiples fois sur notre sol. L’arrêt de ces attentats constituerait le succès de la politique de la lutte anti-terroriste. Or devant l’échec flagrant des politiques actuelles, on nous parle aujourd’hui de l’enjeu majeur du chiffrement dans la lutte anti-terroriste ?

N’y a-t-il pas une effroyable impudeur de nos dirigeants à déporter ainsi un problème politique global et un enjeu majeur de société sur un point technique mineur, le chiffrement ?

Est-ce que nos dirigeants sont tellement largués qu’ils agitent n’importe quel épouvantail pour détourner l’attention de leur inefficacité à gérer un problème lié avant tout à un problème de politique extérieure ? Benjamin Bayart dans son article consacré au même sujet explique la peur de nos dirigeants face au ressenti de la population vis-à-vis de leur inaction de fait. Mais aujourd’hui, le mépris de nos dirigeants vis-à-vis du citoyen est tellement criant et impudique qu’il faut s’interroger sur nous et nos attentes vis-à-vis d’eux plutôt que l’inverse.

Car nous n’avons vraisemblablement désormais que très, très peu à attendre d’eux.

15 thoughts on “Don Quichotte, lutte anti-terrorisme et chiffrement

  1. Des caciques inculques… Ce qu’ils veulent ce n’est rien de plus que de réduire l’internet à un minitel 2.0… (je vous invite à vous pencher sur le fonctionnement du minitel…). Où l’administration contrôle ce qui peut ou ne peut pas arriver dans tel ou tel foyer…

    Internet a été créé comme un réseau résilient, un cadeau du peuple, offert au peuple… Il est inconsevable pour nous de revenir sur cet état de fait.

    You **the moderators** can’t accaparate The Network. It is not how this work. This is none how anything of this work.

  2. Bonjour,

    Cette formule de Bruce Schneier semble tout résumer :
    “If you think technology can solve your security problems, then you don’t understand the problems and you don’t understand the technology”.

    sources :
    http://www.azquotes.com/quote/570040
    Cette source étant elle même citée dans cet article de Framablog
    https://framablog.org/2016/08/08/internet-des-objets-risques/

    En clair, j’ai le sentiment et je crains que nos gouvernants ne comprennent pas le problème et qu’ils ne comprennent rien à la technologie. Le pire des scénarios ?

    • c’est tout à fait ça. À la limite qu’ils ne comprennent rien à la technologie, on peut comprendre. Mais ils ont la responsabilité de savoir bien s’entourer, ce qu’ils ne daignent pas faire non plus.

    • La formule est tout à fait appropriée en effet.

      Mais bon, je crois aussi qu’en se focalisant sur le chiffrement, ils font juste de la com et il est probablement plus facile de faire le consensus sur ça que sur d’autres choses.

  3. Exactement i est possible de tuer quelqu’un avec un stylo . faut il interdire les stylos ?
    La tuerie de Nice c’est fai avec des moyen civils : faut il interdire les camion frigorifiques ?
    Bref la loi est débille est ne résout rien :
    Mais qui servent nos dirigent politiques au final ??? ( le peuple ??) j’en doute .

  4. Je suis entièrement d’accord avec l’article, mais ça fait un moment qu’il y a un argument qu’on utilise régulièrement et qui me titille. C’est celui-ci :

    > Interdire le chiffrement va-t-il empêcher les terroristes de l’utiliser ? Non, la technologie existe. Interdire la population d’utiliser un fusil d’assaut n’a pas empêché les terroristes de s’en servir.

    C’est exactement le même argument que les pro-armes aux USA utilisent pour justifier la non-interdiction de la vente libre des armes. Alors qu’il me semble être du bon sens que la vente d’arme soit strictement encadrée.

    Du coup est-ce qu’on ne se tire pas une balle dans le pied avec cet argument ?

    • Je ne le pense pas car nous sommes dans le contexte de la protection de la vie privée et des communications, non pas dans un cadre où la possession de cette technologie par un ou des citoyens entraînerait un risque mortel immédiat pour les autres au quotidien.

      Il n’y a aucun danger léthal au quotidien à laisser la société civile utiliser le chiffrement. C’est d’ailleurs une protection importante pour les entreprises pour lutter contre l’espionnage industriel ou garantir la sécurité de leur plateforme (emploi du SSL). Ou au niveau des libertés individuelles pour garantir la libre liberté de parole et d’expression, pilier du droit et de l’état de droit.

      Un peu comme si le gouvernement essayait d’interdire les ordinateurs car les terroristes s’en servent. C’est juste absurde. Et on va si loin dans l’absurde qu’aux États-Unis des personnes se font régulièrement débarquer des avions car elles parlent arabes dans l’avion, les passagers paniquent et on leur reproche de s’être exprimé de manière incompréhensible, en quelque sorte en “langue chiffrée” ? Ou est-ce juste du racisme déguisé ?

      Et cet argument ou celui du chiffrement ne peuvent pas être mis en rapport avec la libre possession d’armes aux États-Unis, qui a un contexte particulier (l’héritage de l’esclavage, d’une société ségrégée et en toile de fond le rapport des Américains à l’État) et entraînent avant tout des drames sociaux (une police raciste armée qui d’un côté lutte contre un banditisme armée mais aussi ouvre systématiquement le feu sur majoritairement des noirs pauvres) ou encore domestiques avec à la fois le droit ressenti essentiel de la protection de sa maison par les armes et les morts par accident liés à la présence d’armes dans les maisons.

      C’est un argument du même acabit qui attaque le chiffrement, que tout le monde peut utiliser et utilise (pensons aux journalistes en pays sensibles) comme bon nombre de technologies non-léthales, et tous ces arguments spécieux doivent être dénoncés et réfutés.

    • Un fusil d’assaut, c’est quand même quelque chose d’offensif à la base alors que le chiffrement, sauf à se prendre un cryptolocker, c’est plutôt défensif, non ?

    • Je ne suis pas d’accord avec votre commentaire “vous avez voté pour eux 🙂 héhéhé”

      Premièrement, regardons le nombre de personnes qui vote :
      Pour les dernières départementales plus de 50% d’abstentions au second tour.

      Deuxièmement sans parler de bon ou mauvais choix dans le vote de chacun d’entre nous faudrait encore avoir de bonne proposition de bons candidats. Comment voulez vous faire le bon vote, quand de toute manière le résultat final sera identique peu importe le candidat.
      C’est toujours la même chose. Regardé aujourd’hui il na plus vraiment de parti politique tout le monde en change comme de chemise.
      Comment voulez vous qu’une personne (famille) qui à du mal à joindre les deux bout prenne du temps pour excuser moi l’expression ce « ramassis de connerie » ?
      Dans tous les cas les politiques arrivent à leur fin (droite, gauche, FN,) bref ils mangent tous à la même table au propre comme au figuré. Ce qui se passe aujourd’hui en est le parfait exemple.

    • L’air de rien, et si aucun parti politique ne fait l’affaire sur ces questions, c’est qu’il y a un vide ou du moins, des choses à faire et des gens à convaincre.

  5. Bonjour.

    Sur l’idée générale, on est mal, très mal.

    Vous avez vu l’entrevue d’Adrienne Charmet de la «Quadrature du net» ? C’est bien rassurant : «Il y a une pression infernale du risque terroriste, au point que la défense des droits fondamentaux est reçue comme une quasi-complicité de terrorisme.»

    Alors le chiffrement, la sécurité, l’ordre….c’est parfait pour les prochaines élections et ça permet d’éviter les sujets sociaux.

    Souvenez vous, ça commence à dater un peu mais ça donne une idée des médias de masse sur ces sujets :

    https://www.youtube.com/watch?v=x8rP8A9n3yc

    @tintin : «vous avez voté pour eux 🙂 héhéhé»
    Le premier parti en france c’est le blanc, le nul et l’abstentionniste sans parler de ceux qui ne sont même pas sur les listes électorales.

    @-Fred-
    Effectivement, il y a un vide. Mais le monde politique n’est pas fait pour laisser entrer le tout-venant, c’est bien vérouillé, cloisonné. Où en est le «Parti Pirate» en France ?
    L’ambiance actuelle n’est pas à ces sujets. Bien qu’il y ai convergence idéologique de beaucoup d’acteurs (social, écologie, libertés publiques, choix économiques, de productions etc) le système les «atomise» pour qu’ils ne puissent se rejoindre. Et le ballet des médiocres nous promettant sang, sueur et drames continue, forçant à l’affrontement de tous contre tous.

    Gardons espoir :
    http://i.imgur.com/nVITqwH.gifv

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *